Actualité

20 février 2023

Partager

Le Carême avec le Pôle Missionnaire de Brie

Découvrez le programme de carême du Pôle Missionnaire de Brie.

Plusieurs conférences sont proposées sur « Les tentations du Christ » ou « Faire silence pour écouter la voix du Seigneur » ainsi que des enseignements sur les jours saints et soirées jeûne-prière.


1ère soirée spirituelle
d’entrée en carême
et conférence sur
« Les tentations du Christ ».
par don Guillaume d’Anselme
(curé de Brie)

Quand :
Jeudi 23 février – de 19h à 22h

Où :
Centre Notre-Dame des Roses (Grisy-Suisnes)

Programme :
– Messe à 19h
– Repas et/ou adoration à 19h30
– Conférence à 20h30.


2ème soirée spirituelle
d’entrée en carême
et conférence sur
« Faire silence pour écouter
la voix du Seigneur »

par le père Philippe Legrand
(curé de Melun)

Quand :
Vendredi 24 février – de 19 à 22h

Où :
Centre Notre-Dame des Roses (Grisy-Suisnes)

Programme :
– Messe à 19h
– Repas et/ou adoration à 19h30
– Conférence à 20h30.


  • Enseignements sur les jours saints, chaque mercredi de carême à 20h30
    par don Guillaume d’Anselme :
    – Mercredi 1 mars à l’église de Chevry.
    Thème : « Introduction à la Semaine sainte »
    – Mercredi 8 mars à l’église de Combs.
    Thème : « Le jeudi saint »
    – Mercredi 15 mars à l’église de Grisy.
    Thème : « Le vendredi saint »
    – Mercredi 22 mars à l’église de Servon.
    Thème : « Le samedi saint »
    – Mercredi 29 mars à l’église de Brie.
    Thème : « L’attente de la résurrection dans l’Ancien Testament »


  • « Soirées jeûne-prière » à la salle paroissiale de Brie (31 rue de la Madeleine)
    Les samedis 4, 11, 18 et 25 mars, et 1 avril, à partir de 19h30,
    Programme : 
    – Repas frugal (soupe fournie) à 19h30
    – Complies à 20h45
    – Adoration à partir de 21h.

Autres

Articles

<strong data-lazy-src=
[Laudato Si’ en action] L’engagement du Père José Antonini
13 décembre

[Laudato Si’ en action] L’engagement du Père José Antonini

P. José Antonini, curé du Pôle Missionnaire de Fontainebleau, nous parle de Laudato Si’.

P. José, quel regard portez-vous sur l’encyclique Laudato Si ?

Cette encyclique est un cri prophétique ! Elle est un cri pour la protection de la planète, notre maison commune et ce cri, il est urgent de l’entendre ; sinon, nous allons au-devant d’une catastrophe. C’est pourquoi ce texte s’adresse à l’ensemble de l’humanité et non seulement aux chrétiens catholiques. Il nous interpelle chacun, là où l’on est : « Et toi… ? »
Dans Laudato Si’, François nous donne une vision globale de l’homme et de la création. L’homme est co-créateur, il est un élément de la création, comme la nature et les animaux. Mais il est à l’image de Dieu, et sa mission est de refléter le Créateur dans la création, et non de l’écraser ou de l’exploiter. Nous voyons la création mise à mal par une surconsommation effrénée, par le fait que l’économie a pris le pas sur la Vie. L’Encyclique nous aide à avoir une vision générale sur cette situation, et sur notre responsabilité vis-à-vis les générations futures. C’est très sérieux.

Comment mobiliser les chrétiens sur ce sujet ?

Par tous les moyens possibles ! Non par de grands discours, mais par des actions concrètes qui sensibilisent à la dimension de l’écologie intégrale, à son enjeu. A Fontainebleau par exemple, nous avons opté pour le remplacement des ampoules de l’église et de nos locaux pour consommer moins, le remplacement des lumignons par des bougies végétales, la réduction de l’impression papier, le partenariat avec une société pour le traitement du papier, avec un jeune couple d’agriculteurs de Forges ; à Avon, l’association du Bois-Fleuri est très sensibilisée à la cause de l’écologie et a même rédigé une « charte écologique ».
Nous continuons à faire des choix réfléchis pour aller dans le sens que propose le pape François, et surtout à les expliquer. Nous avons choisi de faire la messe de rentrée dans la forêt. Cela nous a obligé à nous poser beaucoup de questions : limiter le bruit pour ne pas déranger les animaux, donc changer de sono ; respecter les plantes, les insectes, ne rien jeter et au contraire ramasser ce qui pourrait abîmer le lieu. La forêt nous accueille, nous sommes ses hôtes et devons la respecter ! A cette occasion, nous faisons un circuit de découverte. C’est étonnant de voir comme les gens sont intéressés, bienveillants, désireux d’aller plus loin.
Peu à peu, on voit une évolution, une prise de conscience qui s’opère.

Comment envisagez-vous la suite ?

Il faut une conversion radicale ! Notre génération a vécu dans le « progrès », la surconsommation, sans conscience des conséquences que cela entraine pour les trois quarts des habitants de la planète. Or, tout est lié. Ma consommation contribue à entretenir une guerre au Congo, région qui regorge de ressources minières. Ne pas respecter la création, c’est créer des dérèglements non seulement climatiques, mais humains. Nous avons besoin d’une vision d’ensemble, d’une prise de conscience générale, car on ne peut plus laisser l’humanité souffrir ainsi. Pour l’Afrique, je suis inquiet… Chacun doit prendre sa part là où il est.

Avez-vous des conseils à donner ? des lectures à recommander ?

Non pas la lecture d’un livre, mais plutôt une attitude : allez voir, cherchez, regardez, écoutez, sortez, rencontrez des gens simples, qui ont une expérience à raconter, à transmettre. Ils vous feront découvrir des choses fondamentales : celles qui permettront à chacun de comprendre le cri de Laudato Si’. Et d’y répondre.

L’équipe de veille Laudato Si 77
laudatosi@catho77.fr

Messe d’action de grâce et d’intercession pour Benoît XVI – Homélie de Mgr Nahmias
11 janvier

Messe d’action de grâce et d’intercession pour Benoît XVI – Homélie de Mgr Nahmias

Vendredi 6 janvier 2023, Mgr Jean-Yves Nahmias, évêque de Meaux, a présidé une messe d’action de grâce et d’intercession pour Benoît XVI, à la cathédrale Saint-Étienne de Meaux.
Découvrez son homélie :

Première lecture : 1 Jn 5, 5-13
Psaume 147 (147b), 12-13, 14-15, 19-20
Evangile : Mc 1, 7-11

« Benoît XVI, un humble travailleur dans la vigne du Seigneur ! »


Aujourd’hui nous rendons grâce à Dieu pour les ministères du cardinal Joseph Ratzinger et du pape Benoît XVI. Nous confions cet humble serviteur à la Miséricorde de Dieu et à sa bienveillance. Je souhaite appuyer seulement sur un trait de sa personnalité, de son don au Christ : la simplicité et l’humilité. Je ne parlerai pas de l’érudition de ce grand théologien, de son intelligence vive et de sa capacité à embrasser des problématiques complexes et contemporaines. Je partirai de ses propres propos qui parlent de sa simplicité et de son humilité.

Benoît XVI, « un humble travailleur dans la vigne du Seigneur ! ».
« Après le grand Pape Jean Paul II, Messieurs les Cardinaux m'ont élu moi, un simple et humble travailleur dans la vigne du Seigneur. »
Voici comment juste après son élection, le 19 avril 2005, à la loge des bénédictions, le nouveau pape se présente à la foule de Rome réunie place Saint-Pierre et au monde entier. Ces mots humbles et simples disent bien la belle personnalité du nouveau pape et dans quel esprit il envisage ce ministère d’unité.

Humble travailleur dans la vigne du Seigneur. Benoît XVI veut d’abord reconnaître la capacité même du Seigneur et ajoute :
« Le fait que le Seigneur sache travailler et agir également avec des instruments insuffisants me console et surtout, je me remets à vos prières, dans la joie du Christ ressuscité, confiant en son aide constante ». Laissons-nous, chacun, quelle que soit notre vocation, entraîner par cette humilité et faisons confiance au Seigneur qui nous a choisi pour travailler à sa vigne. Cette invitation, je l’adresse tout spécialement à ceux en particulier qui ont consacré leur vie au service du Seigneur. Tous nous sommes stimulés par l’humilité de ce pape, humble travailleur de la vigne du Seigneur. Notons, que « la figure de l’humilité » par excellence, c’est le Christ lui-même, et cette humilité se condense dans le lavement des pieds de la dernière Cène.

Le Christ a donné aussi en exemple Jean Baptiste comme modèle d’humilité. Nous pouvons retenir de Jean Baptiste cette disposition qui habitait avec force ce serviteur de l’œuvre de Dieu : « Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue »
(Jn 3, 30).

Mettons-nous tous, frères et sœurs, à l’école de cette humilité, quelle que soit notre vocation : un chemin d’humilité au service de ce travail pour la vigne du Seigneur.
Amen.

+ Jean-Yves Nahmias
Évêque de Meaux