Actualité

7 juin 2022

Partager

[Laudato Si’ en action] Des bureaux de La Défense à la culture des terres briardes, il y a plus d’un pas

Les carrières étaient tracées :

Arthur comme ingénieur, Blandine dans le droit et les ressources humaines. Mais il y a parfois des routes qui bifurquent et ouvrent des horizons inattendus, après avoir emprunté les chemins de Saint Jacques de Compostelle.

C’est ce qui leur est arrivé.

Après leur mariage en 2014, Arthur et Blandine se sont mis en route, sac au dos. La prise de conscience d’une nécessaire conversion écologique s’est amorcée au rythme des pas, au fil de la beauté des paysages, dans le quotidien sobre et heureux du pèlerin, confiant dans le Dieu créateur et providence. Mais le coup décisif, ce fut à Burgos : l’encyclique Laudato Si du pape François venait juste de paraître ; achetée en édition espagnole, lue et méditée durant les derniers kilomètres de marche, le retour à la « vie d’avant » n’était plus envisageable. Il était devenu évident que le sens profond de leur vie de couple passerait par un engagement respectueux de notre « maison commune ».

Durant cinq années,

le jeune couple cherchera un collectif et un lieu pour concrétiser ses aspirations. En septembre 2019, après des dizaines de rencontres, la perle rare est trouvée et le pas décisif est franchi : Blandine et Arthur lâchent définitivement la « vie d’avant » et s’installent sur le Campus de la Transition, à Forges. Le projet du Campus correspond pleinement à leur recherche : vie sobre, recherche écologique, formation d’étudiants et de professionnels à la transition écologique et vie fraternelle. Chacun prend une part d’activité au projet, dans l’accueil pour Blandine, dans l’enseignement pour Arthur.

En parallèle, le jeune couple crée une entreprise agricole sur une parcelle d’un hectare située à 2 kilomètres. Arthur est responsable du maraîchage bio et Blandine élève 150 poules pondeuses bio (qui sont parrainées par des clients !). Leur production est écoulée dans un rayon d‘une quinzaine de kilomètres, principalement à Forges et à Thomery. Bref, le projet correspond « pleinement » à leur souhait !

« Nous sommes hyper-heureux d’être installés là ! »

C’est la principale affirmation de Blandine, lorsqu’on lui demande de jeter un regard sur ces trois années au Campus. L’agriculture est un métier beau, passionnant, diversifié, et le choix du maraîchage manuel permet de respecter au mieux le sol, la vie qu’il abrite et les ressources disponibles. Blandine poursuite :

« Mais il est difficile de s’installer en agriculture. Nous avons expérimenté la force des liens notamment par le soutien et la joie que nous apporte la communauté du campus à laquelle nous appartenons. En couple, nous avons appris à travailler ensemble, à découvrir nos limites et nos complémentarités. Et aussi à vivre le pardon mutuel, la force de ce pardon reçu et donné !  »


Ce changement de vie a aussi eu un impact sur leur foi et leur regard de chrétiens sur le monde.

« Par le travail de la terre, comme chrétiens, nous avons conscience d’être co-créateurs et non co-destructeurs de l’œuvre de Dieu. Nous souhaitons créer du beau, participer à quelque chose de plus grand que nous, bâtir le Royaume en quelque sorte, et cela nous donne beaucoup de joie. Mais il nous faut puiser dans la prière la force des actes, et avancer ensemble, en communauté, en Eglise. »

Les serres de Blandine et Arthur

Avant (et encore maintenant parfois !), Blandine était profondément heurtée par la non-implication des chrétiens dans le soin à apporter à la terre. Aujourd’hui les choses changent, les consciences s’éveillent. Mais la tension demeure : d’un côté l’urgence de la terre, de la souffrance d’une création abîmée qui demande que l’on agisse au plus vite ; de l’autre, le temps de l’homme et de la femme qui comprennent et agissent à leur rythme.

Et de conclure :

«  Lors de notre mariage, nous avons choisi de suivre le Christ, de nous en remettre à Lui. Il donne le véritable sens de nos actes quotidiens. Alors cette tension, c’est aussi devant la Croix que nous la déposons.  »


L’équipe de veille Laudato Si.


Blandine et Arthur de Lassus, la ferme du bout des bois,
Leur livre : Et lentement, tout bascule, éd. de l’Escargot, 2020
Vente de légumes et œufs :
Forges, mardi, 17h à 18h au 6 place de la mairie
Thomery, jeudi, 16h45 à 18h chez Fleurréelle (fleuriste) – 1 rue de la République

Possibilité de commande en ligne sur https://coopcircuits.fr/la-ferme-du-bout-des-bois/shop

Pour toute question ou pour en savoir plus sur le parrainage de poules à Forges et Thomery : blandineetarthur@gmail.com

Autres

Articles

JMJ les inscriptions pour notre diocèse sont ouvertes !
24 janvier

JMJ les inscriptions pour notre diocèse sont ouvertes !

Vous l'attentiez depuis longtemps, voilà enfin le grand moment. 

Nous y voilà enfin, les inscriptions pour notre diocèse sont enfin ouvertes !

Nous vous remercions pour votre patience et nous tenons à nous excuser pour ce délais, finalisation de détails nécessaires (assurances, démarches informatiques et administratives).

Comment s'inscrire :

  1. Cliquer sur le lien d'inscription : https://diocesedemeaux2023-lisbonne.venio.fr 

2 possibilités de paiement :

  • par virement bancaire (RIB en pj). Dans le libellé, merci d'indiquer "JMJ Lisbonne + nom du participant " (attention si le virement est émis d'une tierce personne, le libellé doit faire figurer le nom du participant)
  • par chèque :  en envoyant votre chèque avec comme destinataire et adresse sur l'enveloppe : "Diocèse de Meaux - Service des Pèlerinages, 7 rue Notre-Dame, 77100 Meaux."

Dans l'enveloppe, joindre le chèque d'acompte à l'ordre de "ADM JMJ " ainsi que la confirmation de votre inscription de VENIO.

 Une fois inscrit, nous vous invitons à prendre contact avec votre référent de pôle. Si vous n'avez pas son contact, n'hésitez pas à revenir vers nous.

Rappel : les mineurs ne sont pas acceptés

N'hésitez pas à partager ce lien d'inscription autour de vous !

L'Équipe diocésaine des JMJ 2023 LISBONNE

jmj@catho77.fr 

Rejoins-nous sur insta pour suivre les actus : @jeunescatho77​

Semaine écologie intégrale : deuxième édition haut en couleurs à l’Icam, site de Grand Paris Sud
5 décembre

Semaine écologie intégrale : deuxième édition haut en couleurs à l’Icam, site de Grand Paris Sud

ÉCOLOGIE INTÉGRALE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR GRAND PARIS SUD
28 Nov 2023

Les étudiants en 3e année de l’Icam, site de Grand Paris Sud, ont vécu une semaine intense en octobre, centrée sur des thématiques variées telles que la biodiversité, l’énergie, ainsi que les enjeux géopolitiques et socio-économiques liés au changement climatique. Cette immersion a été enrichie par un éventail d’activités comprenant des ateliers interactifs, des débats, des conférences animées par des experts et divers ateliers pratiques.

Laudato Si’ au cœur de deux conférences

La semaine de l’écologie intégrale a été marquée par l’inspiration de Laudato Si’ avec des interventions clés.

Laudato Si’ est une encyclique du pape François publiée en 2015, abordant des questions environnementales et sociales, appelant à une action mondiale pour protéger la planète, lutter contre le changement climatique et promouvoir la justice sociale. Cette lettre apostolique met en lumière l’interconnexion entre l’écologie, l’économie, la politique, la société et la spiritualité, appelant à une conversion écologique et à un changement de mode de vie pour préserver notre maison commune.

Nos élèves en présence de Xavier de Bénazé, père Thomas Chassaing, et une partie de l’équipe Laudato Si du diocèse de Meaux 
Conférence du Père Charles Andriamparany Tiano Rado

Deux conférences inspirées par cette encyclique ont marqué la semaine : la première, menée par Xavier de Bénazé, spécialiste en éco-théologie et transition écologique, plongeait dans la transition écologique avec une dimension spirituelle profonde, tandis que la seconde, animée par le Père Charles Andriamparany Tiano Rado, docteur en philosophie et vicaire du Pôle Missionnaire de Meaux, explorait la conversion personnelle et l’action pour rétablir l’harmonie avec la nature. En parallèle, des étudiants ingénieurs en formation apprentissage ont partagé leurs réalisations concrètes pour le bien commun, issues de leur “Mission Écologie Intégrale” estivale. Ces deux conférences ont offert aux étudiants une perspective enrichie sur leur rôle en tant qu’acteurs du changement écologique ! 

Une semaine riche en activités

Parmi les autres moments forts : une sortie à l’Espace Naturel de la Motte à Moissy-Cramayel pour découvrir la biodiversité en partenariat avec Seine-et-Marne Environnement, la réalisation de l’atelier “la fresque numérique” avec mC2i animée par Thibaut Ruiz, diplômé de l’Icam de Grand Paris Sud en 2022 et consultant en transition numérique chez mc2i, ainsi que la mise en place d’un “atelier 2 tonnes”, un serious game pour comprendre les leviers de réduction de l’impact carbone et passer à l’action. 

Audrey Miclard, Directrice Développement Durable chez Kiloutou, est également intervenue pour partager son expérience sur la démarche Développement Durable au sein de son entreprise, offrant aux étudiants un exemple concret de leur future contribution en tant qu’ingénieurs ou salariés pour agir sur le climat.

De plus, une restitution de la semaine s’est déroulée à travers des activités créatives et artistiques, axées sur la reconnexion à soi à travers les émotions.

En résumé, cette semaine vise à fournir aux ingénieurs Icam les compétences et les connaissances nécessaires pour devenir des acteurs engagés dans un monde en constante évolution ! 

Chaque année, ils auront ainsi l’opportunité d’explorer transversalement cette thématique au sein de leurs enseignements, réfléchissant aux actions actuelles et futures au service de tous.

Nous remercions tous les intervenants pour leur présence précieuse ! 

La recyclerie d’Élise
27 novembre

La recyclerie d’Élise

Moins de dix jours après l’inauguration officielle de la recyclerie, l’enthousiasme est au rendez-vous : « Ça marche du feu de Dieu ! » s’exclame Elise. Elle a prononcé son discours officiel, il y a quelques jours seulement, devant un parterre de représentants politiques qui n’ont pas démenti leur soutien depuis que le projet a germé, il y a trois ans. Et ce samedi, environ 250 personnes se sont succédées dans cette boutique « nouveau genre » de Bussy-Saint-Georges ! « Elle répond à un vrai besoin, poursuit Elise. Les gens ont trop de choses, donc ils s’en débarrassent, et ils ne veulent plus acheter du neuf parce qu’ils comprennent de plus en plus que la protection des ressources naturelles est un enjeu fondamental ; ils viennent à la recyclerie pour avoir des objets de seconde main, mais en bon état, remis à neuf. »

L’espace de vente, de 70 m2, fait partie d’un pavillon qui est entièrement dédié au projet. Car l’objectif, à l’horizon fin 2024, sera de créer un emploi en réinsertion, et d’ouvrir un espace de transformation, réparation et surcyclage c’est-à-dire la transformation d’objets sans destruction de matière première ; prolonger leur vie sans passer par la pollution que génère l’enfouissement ou l’incinération, tout en préservant les matières premières.

Pour mettre ce projet sur pied, Elise s’est investie sans compter, de façon entièrement bénévole depuis trois ans. Qu’est-ce qui a poussé cette chrétienne engagée, mère de trois grands ados, à se donner autant ? « Pour être au service des gens en servant l’environnement ! Je suis d’accord avec le pape François : tout est lié ! Le même souffle de vie est en chacun de nous, mais c’est le péché originel, l’orgueil de l’homme qui est la cause réelle des dérives du capitalisme. » Deux moments-clés ont marqué son parcours de vie : la redécouverte de la foi par l’accompagnement de ses enfants au caté ; puis l’accompagnement de ses parents en leur fin de vie, comme ouverture au monde de la vieillesse, et des trésors spirituels qu’il recèle.

« Cette foi est une force, conclut Elise. Elle m’a rendue forte pour tracer ma route. Pour monter cette recyclerie, j’ai rencontré plein d’obstacles, de tous ordres. Ma foi m’a permis de rester alignée et de les dépasser, un par un. Ma foi, c’est ma force. »

Adresse : 10 Rocade de la Croix Saint-Georges, 77600 BUSSY-SAINT-GEORGES

Ouverture : les mercredi et samedi en période scolaire, 10h-18h

larecycleriedebussy@gmail.com FaceBook : laRecycleriedeBussy Instagram : la_recyclerie_de_bussy_77600

L’équipe Laudato Si du diocèse

Si vous avez des témoignages, des initiatives à faire connaître, pour que d’autres s’en réjouissent et s’en inspirent, contactez-nous : laudatosi@catho77.fr