Actualité

21 février 2023

Partager

La célébration de l’appel décisif et inscription du nom

Cette célébration a lieu généralement le premier dimanche de Carême.

Cette nouvelle étape dans le parcours du catéchumène, marque un nouveau seuil. Elle est présidée par l’évêque, ce qui en indique l’importance et la dimension diocésaine : il agit au nom du Christ et de l’Église.

L’appel décisif ouvre un temps nouveau du cheminement des catéchumènes qui correspond avec le carême.
« C’est par la liturgie et la catéchèse de ce temps que le carême rénove la communauté des fidèles en même temps que les catéchumènes et les dispose à faire mémoire du mystère pascal. »

Source : catechese.catholique.fr

L’appel Décisif, qu’est-ce que c’est ?

Pendant cette célébration, le catéchumène est appelé officiellement par l’évêque à recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne lors de la vigile pascale.

Quelques temps avant, le catéchumène a rédigé une lettre adressée à l’évêque afin d’exprimer librement sa volonté d’être baptisé, confirmé et de recevoir l’Eucharistie.

En s’appuyant sur le témoignage de l’accompagnateur et de la lettre de demande du catéchumène, l’évêque appelle par leur nom les catéchumènes pour qu’ils répondent de leur volonté de devenir chrétien.
Puisqu’ils ont été jugés aptes et qu’ils sont décidés à marcher vers les sacrements de l’Initiation chrétienne, les catéchumènes portent désormais le nom d' »appelés » ou  » d’élus ».

Cette célébration est diocésaine. Elle rassemble les catéchumènes, leurs accompagnateurs, leurs parrains et marraines qui auront à donner leur témoignage en faveur de leur filleul(e), devant toute l’assemblée des fidèles autour de l’évêque et des prêtres venus des diverses paroisses du diocèse.

La place des parrains et des marraines est importante dans cette célébration : pour la première fois, ils exercent publiquement et officiellement leur fonction : ils sont mentionnés en début de célébration, et l’évêque s’adresse à eux. Ils s’avancent avec les catéchumènes, ils leur rendent témoignage devant l’assemblée et si cela est nécessaire, ils les aident à inscrire leur nom dans le registre diocésain.

Comment se déroule la célébration de l’appel décisif ?

Pour ceux qui n’ont jamais vécu une célébration de l’appel décisif, elle est découpée en plusieurs temps :

  1. Temps de l’accueil et de l’ouverture de la célébration
  2. Liturgie de la Parole
  • Première lecture : Lecture du livre de la Genèse (Gn 2, 7-9 ; 3, 1-7a)
  • Psaume : Psaume 50 (51)
  • Deuxième lecture : Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 5, 12-19)
  • Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 4, 1-11)
  • Homélie donnée par l’évêque.
  • Rite de l’appel décisif

A chaque fois, le rite de l’appel décisif est un temps vécu de manière très forte par les catéchumènes.

LEXIQUE

Mercredi des Cendres

Jeudi Saint

Baptême

Catéchumène

Sacrement

Vigile pascale

Évêque

Appel décisif

Scrutin

Semaine sainte

  • Appel nominal

Le délégué diocésain au catéchuménat présente à l’évêque ceux qui vont être appelés.
L’évêque : « Que chacun réponde à l’appel de son nom en se levant. »

Chaque catéchumène est appelé par l’évêque. A l’appel de son prénom, chaque catéchumène se lève et reste debout.

  • Interrogation et réponse des parrains et marraines.

L’évêque s’adresse au parrains et marraines.

« Chers parrains, chères marraines, vous avez été choisis par ces catéchumènes pour les entourer et être de fervents témoins de la foi par vos paroles et votre exemple. Ils ont déjà longuement écouté la parole du Christ et se sont efforcés de vivre selon ses commandements. Les responsables du catéchuménat ont attesté qu’ils pouvaient être appelés aux sacrements.  Maintenant, je vous demande d’exprimer votre avis devant nous tous.  Devant Dieu, pensez-vous que ces candidats peuvent être admis aux sacrements de l’initiation chrétienne ? »

Les parrains et marraines répondent ensemble : « Oui, nous le pensons ».

  • Interrogation et réponse des candidats

L’évêque s’adresse aux catéchumènes.

 » Maintenant, chers catéchumènes, je m’adresse à vous. Vos parrains et marraines, vos accompagnateurs ont donné sur vous un bon témoignage. C’est pourquoi l’Église, au nom du Christ, vous appelle aux sacrements de Pâques. Il vous revient donc, à vous qui avez entendu depuis longtemps la voix du Christ, de répondre devant l’Église, en exprimant votre désir.

Voulez-vous être initiés par les sacrements du Christ : le baptême, la confirmation et l’eucharistie ? « 

Les catéchumènes répondent ensemble :

 » Oui, je le veux « 

  • Dialogue avec l’évêque – Inscription du nom
  • Les appelés, avec leurs parrains et marraines s’avancent vers l’évêque : c’est le temps de dialogue personnel avec l’évêque
  • Puis chaque appelé inscrit son nom, son prénom, et signe le registre diocésain.
  • Admission (l’évêque proclame que les catéchumènes sont appelés)
  • Bénédiction finale et envoi

Tous ces appelés sont confiés à la prière de l’Église. Et, le diocèse de Meaux, notamment, a décidé de les confier en particulier à la prière des communautés religieuses monastiques.  Un(e) ou plusieurs représentant(e)s de ces communautés sont présent(e)s à la cathédrale-basilique Saint-Étienne de Meaux. Pendant la célébration, l’évêque leur remet la liste des appelés en les confiant à leur prière.

Les appelés se sentent soutenus dans leur marche vers Pâques et il est important pour eux de sentir que l’Église toute entière les accompagne.

Autres

Articles

[Regards sur la marche vers Pâques ] Abaissé – élevé
27 février

[Regards sur la marche vers Pâques ] Abaissé – élevé

Contemple en silence ce mur-vitrail

Deuxième semaine de Carême

Dommage, la lettre U est déjà utilisée pour désigner une chaine de magasins, essayons la, toutefois pour dire notre foi pascale : « ABAISSÉ – ÉLEVÉ».  A toi qui dois attendre avec impatience ton baptême, durant la nuit de Pâques. A toi qui accompagnes depuis 1 an, 2 ans, 3 ans, celle ou celui ou ceux qui marchent vers les sacrements d’initiation, durant la nuit de Pâques. A toi qui te prépares à proclamer la foi en Jésus ressuscité, avec toute ta communauté paroissiale, au cœur de la nuit de Pâques, permets que chaque semaine, avant cette vigile pascale 2023, je vienne, à partir d’œuvres d’art : sculpture, peinture, vitraux, t’aider, moi aussi, à préparer cette profession de foi à venir, en Jésus, Christ, le Fils de Dieu.

P. Henri  IMBERT

Quel choc lorsqu’on entre dans cette église Saint Pierre – Saint Paul de BENNWIHR, dans le Haut Rhin. Vitrail de la Passion et de la Résurrection. Mur de lumière, formé de 7 baies de presque 7 mètres de haut, chacune. Réalisation de Paul Martineau en 1958.

C’est la nuit. Immense fond à dominante bleue, mais là bas, tout au bout de ce mur, près de l’autel de l’eucharistie, la lumière se fait plus présente.

Avançons ensemble, petit à petit, panneau par panneau, heure par heure pour passer des ténèbres à la lumière.

Encore un peu de lumière, mais naissent les ténèbres. Une palme : c’est le jour des Rameaux : « Hosanna au Fils de David ; béni soit au nom du Seigneur Celui qui vient » (Mt 21/9-10). « Mais qui est-ce ? » (Mt 21/10) disait-on. La suite de ce mur va répondre à cette question et nous faire entrer dans la profession de foi de l’Eglise en Celui qui est passé des ténèbres à l’admirable lumière.

Deux, trois pas. La nuit est tombée. Seules quelques torches ont éclairé le lieu où a été arrêté, parce que trahi, Celui qu’on était venu appréhender : « Qui cherchez-vous ? ». (Jn 18/4) « Qui est-ce ? » disait la foule de Jérusalem. Il est l’homme bafoué, maltraité, moqué. Le fouet, tout en haut de la fenêtre est là pour dire le sort qui lui est réservé ; la colonne n’attend que ses bras pour y être attaché, ficelé, ligoté. « Brutalisé, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche comme un agneau … » (Isaïe 53/7) extrait du poème du serviteur souffrant, entendu comme première lecture de l’office du vendredi saint.

Quelques pas encore. Voici la couronne, tout en haut, comme posée au dessus de sa tête : « avec des épines, ils tressèrent une couronne qu’ils lui mirent sur la tête » (Mt 27/29). Les ténèbres sont plus intenses, nous empêchant de voir qui est celui-ci. Les soldats pourtant disent le vrai de la foi, mais chez eux, c’est une parole de dérision. « Qui est-ce ? » disait Jérusalem. « Salut, Roi des Juifs », disait la cohorte. (Mt 27/29)

Quelques pas, toujours. Voici le marteau, les clous, les tenailles : il faudra bien, plus tard, le décrocher ! « Quand ils l’eurent crucifié » (Mt 27/35) « Qui est-ce ? » Toujours cette question ! Les uns disent, les autres disent. Ce sont toujours les mêmes mots, mais pour les uns leurs propos sont railleries, ricanements, sarcasmes. Pour les autres, c’est l’heure de la confession de foi : « si tu es le Fils de Dieu » - « il est le roi d’Israël » - « que Dieu le délivre s’il l’aime ». (Mt 27/39-45)

Ensemble pour quelques pas. Il faut en finir, la moitié du jour est déjà passée pour les soldats ; le sabbat approche pour la communauté religieuse. Alors un coup de lance va venir parachever l’ouvrage. « Qui est-ce ? ». Encore et toujours ce double sens : « il en sortit du sang et de l’eau » (Jn 19/34). « Ils lèveront les yeux vers Celui qu’ils ont transpercé ». (Jn 19/37) La tradition permet que reviennent aux soldats les quelques haillons de l’homme exécuté. C’est le pourquoi, sous la lance, de ces dès qui vont permettre le tirage au sort : à qui reviendra ce vêtement sans couture ? (Jn 19/23-24). Pour l’évangéliste, ces guenilles deviennent tunique, le vêtement royal. « Qui est-ce ? » aux yeux de ceux qui sont là à regarder. « Qui est-ce ? » à nos yeux, au cœur de ces ténèbres du vendredi saint. « Et vous qui dites-vous que suis-je ? » (Mt 16/15) avait questionné Jésus, avant d’annoncer à ses disciples qu’il connaitrait la passion et la mort sur la croix.

Ensemble pour quelques pas. Il faut en finir, la moitié du jour est déjà passée pour les soldats ; le sabbat approche pour la communauté religieuse. Alors un coup de lance va venir parachever l’ouvrage. « Qui est-ce ? ». Encore et toujours c

De pas en pas, comme pour un chemin de croix. La croix, justement la voici. Maigre silhouette aux bras levés. Le bleu se déchire, la clarté se glisse dans les ténèbres de cette fin d’après midi. Comme lors de la lecture de la passion au soir du vendredi saint, sachons nous arrêter dans notre marche pour un temps de silence, et vénérons l’objet sur lequel s’est offert Celui qui nous entraine à sa suite vers La Lumière, la Gloire, la Vie … C’est ce que vient nous faire partager l’auteur de ce mur de lumière. Mais pourquoi ces chaines au pied de cette croix ? Notre attention est sollicitée pour découvrir que les maillons de cette entrave sont ouverts. « Qui est-ce ? » Il est Celui qui a brisé les chaines de la mort. Sa mort n’est pas une défaite, c’est le signe d’un amour qui libère et révèle le dessein de Dieu pour tous les hommes : leur propre libération. Cette croix c’est le signe de la victoire sur la mort.

Nos pas doivent reprendre. Impossible de nous arrêter à 6 ; le chiffre de la perfection c’est 7. « Qui est-ce ? » ce volatile tout là haut. Non ! Ce n’est pas l’évocation du coq qui a permis à Pierre de prendre conscience que Jésus avait raison à son égard, dans son annonce prémonitoire. Il est le Phénix, figure qui nous vient d’Egypte, faisant de cet oiseau l’animal le plus fabuleux que l’imagination humaine ait créé.

Dans l’art chrétien, il est le seul de son espèce sur la terre. Il renait chaque jour de ses cendres sous l’ardeur des rayons du soleil et le parfum enivrant des aromates. Laissons la parole, entre autres, à Saint Cyprien, né vers 200 et mort en martyr le 14 septembre 258, à Carthage : « l’oiseau d’Orient qu’on appelle Phénix manifestement nait et renait, sans compagne, toujours il est seul, et toujours naissant et renaissant il se substitue à lui-même ». Pas de témoin, au matin de Pâques. Pas d’image de la résurrection : l’envoyé spécial n’était pas là ; mais cet animal légendaire, dès les premiers temps de l’Eglise, vient dire que le Christ renait, se lève, revit, chaque jour. Ce que vient signifier le fait que ce vitrail est à proximité de l’autel sur lequel chaque jour est célébrée l’eucharistie, la présence vivante de Celui qui est passé par la mort.

Quelques pas ensemble le long de ce mur de lumière, pour, au fil de notre contemplation, nous dire avec la foule de Jérusalem, « qui donc est Celui-ci ? ». C’est lui que nous proclamerons Christ, le Seigneur, le Sauveur, au cœur des ténèbres de la nuit de Pâques, réponse à sa propre question : « et vous qui dites-vous que je suis ? » (Mt 16/15)

Texte : Père Henri Imbert pour le diocèse de Meaux

[Regards sur la marche vers Pâques ] Abaissé – élevé
21 février

[Regards sur la marche vers Pâques ] Abaissé – élevé

Aujourd’hui, 22 février 2023, mercredi des Cendres. Entrée en carême.

Dommage, la lettre U est déjà utilisée pour désigner une chaine de magasins, essayons la, toutefois pour dire « ABAISSÉ – ÉLEVÉ».

À toi qui dois attendre avec impatience ton baptême, durant la nuit de Pâques.
À toi qui accompagnes depuis 1 an, 2 ans, 3 ans, celle ou celui ou ceux qui marchent vers les sacrements d’initiation, durant la nuit de Pâques.
À toi qui te prépares à proclamer la foi en Jésus ressuscité, avec toute ta communauté paroissiale, au cœur de la nuit de Pâques, permets que chaque semaine, avant cette vigile pascale 2023, je vienne, à partir d’œuvres d’art : sculpture, peinture, vitraux, t’aider, moi aussi, à préparer cette profession de foi à venir, en Jésus, Christ, le Fils de Dieu. Nos ainés ont su traduire, par l’image, située dans le temps et l’espace, ce qui est le cœur même de la foi de l’Église que nous sommes, ensemble.

Je n’ai pas de compétence particulière pour t’offrir cette proposition, mais celle qui m’a demandé ce petit travail, dans le cadre de ce courrier diocésain, et durant le carême, sait que « l’image » me passionne, surtout quand elle est au service de notre parole de foi.

P. Henri  IMBERT

Par l’évangile de ce jour, le Seigneur nous appelle à réorienter notre vie, afin de devenir des « justes ». Ce qui pourrait se traduire comme un appel à la conversion afin de nous ajuster à Dieu, et à Jésus Christ, Celui que le centurion qui aura procédé à son exécution, reconnaitra pour être « juste ». (Luc 23/47).

Aussi, pour ce projet, Jésus nous donne 3 conseils : l’aumône, la prière, le jeûne.

Nous tourner vers l’autre : l’aumône ; nous tourner vers Dieu : la prière, porter un regard sur nous-mêmes : le jeûne. Avec toujours la prière au centre de toute démarche de conversion.

« Toi, quand tu fais l’aumône … » Faisant le tour de l’église de Kintzheim (dans le Bas Rhin), j’ai découvert sur le mur de la sacristie cette peinture, naïve, qui évoque ce que l’on appelle les « œuvres de miséricorde »

Ici elles sont 6, évoquées en image : ensevelir les morts – visiter les prisonniers - nourrir ceux qui ont faim – visiter les malades – donner à boire à ceux qui ont soif – accueillir les hôtes.

Pour découvrir l’origine de ces œuvres de miséricorde, sûrement que le mieux c’est de relire l’évangile de Matthieu dans son chapitre 25/31-47 : c’est la parabole finale de l’évangile de Matthieu, celle du Jugement Dernier : « Il viendra dans sa gloire, … il régnera sur son trône de gloire, … il séparera les hommes, les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres … »

« 6 ». Mais l’une de celles qui est peinte sur ce mur n’est pas dans la liste que nous offre Matthieu. Sur le mur, nous est proposée « d’ensevelir les morts ».

Dans la parabole de Matthieu, nous sommes invités à «vêtir ceux qui sont nus ». Pourquoi l’une ou l’autre manque-t-elle ? Je ne sais pas répondre à cet instant. Ce que je sais c’est l’importance du chiffre 7 dans la culture biblique : les 7 sacrements, les 7 jours de la semaine, les 7 dons du Saint Esprit. Et il est vrai que la liste des œuvres de miséricorde comprend bien 7, incluses « vêtir » et « l’ensevelissement des morts » rajouté par l’Église au XIIIème siècle. Il nous faut alors conjuguer les 2, et Matthieu et cette fresque, pour parvenir au chiffre 7. Ensevelir les morts est un service qu’accomplit Tobit, histoire que nous rapporte l’Ancien Testament au chapitre 12, verset 13 de ce livre. Et le Pape François, en novembre 2016, nous offrit une catéchèse sur les œuvres de miséricorde, avec une dimension christologique : « cette œuvre peut nous faire penser à Joseph d’Arimathie, qui, le soir qui suit la mort de Jésus sur la croix, vient réclamer son corps afin de lui offrir un tombeau » (Mt 27/57-60)

Aujourd’hui, c’est là un service qui est pris en charge par les communes ou des sociétés souvent privées, mais à l’invitation de François, nous pouvons partager notre espérance en la résurrection, et accompagner ceux qui confient leur défunt à la miséricorde de Dieu. De même, aujourd’hui, la visite aux prisonniers est extrêmement réglementée, mais rien ne nous empêche d’être à l’écoute, et de témoigner notre amitié, à celles et ceux qui éprouvent l’enfermement d’un être qui leur reste cher, même si la société a cru bon de mettre cette personne en retrait.

Au début de l’Église, vers les 3e – 4e siècles, d’abord il était demandé au catéchumène de convertir sa vie en vue d’avoir un comportement conforme à l’évangile. Et c’est seulement à partir de cette conversion constatée que la décision était prise d’admettre au baptême le candidat.

Le carême devenait alors le temps de l’ultime conversion. Je te souhaite, au regard de ces 6 scènes, d’avancer vers la fête de Pâques, accomplissant, seul ou dans le cadre d’institutions spécialisées, telle ou telle de ces œuvres de miséricorde, signe d’une véritable conversion en vue de ton baptême.

Texte : Père Henri Imbert pour le diocèse de Meaux

En route pour le pèlerinage de Preuilly 2022 – 24 et 25 septembre
16 août

En route pour le pèlerinage de Preuilly 2022 – 24 et 25 septembre

Comme chaque année, l’abbaye de Preuilly accueillera les samedi 24 et dimanche 25 septembre 2022, le pèlerinage à Notre-Dame du Chêne, sous la présidence de Mgr Jean-Yves Nahmias, évêque de Meaux.

Installation de la célébration du pèlerinage de l'abbaye Notre-Dame de Preuilly en septembre
Abbaye de Notre-Dame de Preuilly - ©ADM-2015

AU PROGRAMME

Samedi 24 septembre 2022



De 10h à 17h : Visite de l'abbaye de Preuilly - entrée libre

15h30 : Conférence avec Franck Ferrand
Aux origines de Preuilly, Thibaud IV de Blois, comte de Champagne

17h00 : Concert Jazz à Preuilly avec le Cercle de Gaveau

  • Biréli Lagrène Acoustic Trio
  • Biréli Lagrène, guitare
  • Franck Wolf, saxophone
  • William Brunard, contrebasse

Achat des places auprès de la salle Gaveau - 01 49 53 05 07
Abbaye de Preuilly – 77126 Egligny

Dimanche 25 septembre 2022
Pèlerinage à Notre-Dame du Chêne

9h00 : Rassemblement à Preuilly
Lecture des laudes au pied de Notre Dame du Chêne
10h30 : Descente en procession vers Preuilly par les bois
Entrée en procession dans l’abbaye

11h30 : Messe solennelle célébrée dans le manège de Preuilly par Mgr Nahmias, évêque de Meaux

Plus d'informations sur le site internet du Pôle Missionnaire de Provins
Renseignement : secrétariat du pôle de Provins - 01 64 00 04 23 ou 01 60 67 31 19