▮ Actualités : Actualités

 La Solidarité internationale

Tous « les rescapés de la faim et de la guerre » * qui migrent du Sud vers le Sud, comme les 4 millions de Syriens qui ont quitté leur pays dont 1,5 million sont réfugiés au Liban, ou ceux qui, au péril de leur vie, tentent de migrer du Sud vers le Nord, beaucoup moins nombreux, mais pour lesquels aujourd’hui, l’Europe ferme ses frontières, nous disent l’impérieuse obligation d’habiter ensemble « notre maison commune* ».
Le CCFD-Terre solidaire accompagne les populations dans des projets leur permettant de se construire un avenir meilleur dans leur pays d’origine en soutenant des initiatives issues de la société civile. Il le fait en soutenant financièrement « là-bas » des programmes de prévention et résolution de conflits, de promotion d’une économie sociale et solidaire, d’égalité homme-femme, de migrations internationales, et en participant « ici » à des plaidoyers pour un monde plus juste.
« Nos actions quotidiennes ont un impact sur les vies de ceux pour qui — voisins ou lointains qu’ils soient — la faim est une expérience directe* ».
Déjà en 1959 le pape Jean XXII écrivait : « Nous sommes tous solidairement responsables des populations sous-alimentées … Nul ne peut aujourd’hui, dans un monde où les distances ne comptent plus, invoquer l’excuse que les besoins de nos frères lointains ne lui sont pas connus ou que l’aide à y apporter ne le concerne pas »
Promouvoir la solidarité internationale, c’est croire dans le développement de chaque territoire, de chaque communauté ; c’est inverser les interdépendances subies pour qu’elles deviennent des opportunités voulues. Loin d’être une utopie, ce projet est incarné à travers le monde par des millions de paysans, artisans, éducateurs qui luttent pour améliorer leurs conditions de vie. Ce projet fonde l’action des organisations soutenues par le CCFD-Terre solidaire, et des milliers d’associations qui s’élèvent pour faire évoluer les politiques publiques. C’est le rôle du CCFD-Terre solidaire de soutenir ces initiatives issues de la société civile. C’est, par exemple, grâce à ces hommes et ces femmes que lorsque la violence cessera, la Syrie, riche de sa diversité pourra se reconstruire.
Le Carême, temps annuel fort du CCFD-Terre solidaire, est le bon moment pour lutter contre « la mondialisation de l’indifférence » *
« Pour tous, le Carême de cette Année jubilaire est donc un temps favorable qui permet finalement de sortir de notre aliénation existentielle grâce à l’écoute de la Parole et aux œuvres de miséricorde. Si à travers les œuvres corporelles nous touchons la chair du Christ dans nos frères et nos sœurs qui ont besoin d’être nourris, vêtus, hébergés, visités, les œuvres spirituelles, quant à elles, - conseiller, enseigner, pardonner, avertir, prier - touchent plus directement notre condition de pécheurs. C’est pourquoi les œuvres corporelles et les œuvres spirituelles ne doivent jamais être séparées. * »

« Les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles... nous rappellent que notre foi se traduit par des actes concrets et quotidiens, destinés à aider notre prochain corporellement et spirituellement, et sur lesquels nous serons jugés : le nourrir, le visiter, le réconforter, l’éduquer. »
*Pape François