j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information infideo.fr
Messe d’envoi - Pèlerinage diocésain à Lourdes
Publié le 08/07

Homélie - Mercredi 8 juillet 2015

Première lecture : Gn 41,55-57 ; 42,5-7.17-24
Evangile : Mt 10, 1-7

C’est le Christ qui nous unit

« Le règne de Dieu est venu jusqu’à vous : croyez à la Bonne Nouvelle ! », c’est ce que nous avons entendu au moment du chant de l’Alleluia. Cette parole éclaire bien ce que nous avons vécu dans ce pèlerinage et la conversion qui nous est demandée à notre retour dans la vie ordinaire. Oui, le règne de Dieu est venu jusqu’à nous. Pendant ces cinq jours, nous nous sommes portés dans la foi et la prière. Nous avons vécu cette belle fraternité entre pèlerins de toutes générations, de toutes conditions, de tous états de vie et de toutes missions. Le règne de Dieu, c’est sans doute cela. D’abord cette confiance du croyant, cette confiance filiale et, d’autre part, la fraternité qui est comme son fruit. Une fraternité dont la source est le Fils de Marie, le Christ. Une fraternité comme évidente, même si on ne se connaît pas ; et c’est normal car c’est le Christ qui nous unit. Une fraternité effective, c’est-à-dire qui entre dans les actes quotidiens, dans le service et le soutien dont chacun a besoin. Le règne de Dieu bâti sur la confiance filiale qui se déploie dans une fraternité concrète, voilà ce que nous avons à vivre à notre retour, dans notre vie quotidienne.

Beaucoup d’entre vous m’ont dit avoir compris à Lourdes que l’Eglise était comme une famille, une famille qui nous soutient, qui nous porte et où nous avons une place unique. A votre retour, essayez de vivre avec ceux qui vous entourent ces liens de proximité et de simplicité qui existent dans une famille. Essayez – et je sais que ce n’est pas toujours facile – de faire bénéficier votre propre famille de votre pèlerinage à Lourdes. C’est-à-dire confiance en Dieu et fraternité concrète envers chacun.

Parfois, on ne peut pas parler de la foi dans sa famille. Il faut respecter cela en essayant que les choses puissent évoluer avec le temps. Les choses pourront évoluer, bien sûr par la grâce et le travail de Dieu – nous pouvons le demander dans notre prière –, mais aussi par notre charité concrète, effective, fidèle et inventive, avec en prime notre joie de vivre. C’est ainsi que nous sommes de vrais témoins du Christ.

A la messe d’ouverture, je rappelais le lien étroit que le pape François établissait entre celui qui a été touché par l’amour et la miséricorde de Dieu, et la mission.

Mes amis, soyez fidèles à ce que vous avez reçu à Lourdes. Le règne de Dieu s’est rapproché de vous. Ne soyez pas amnésiques de ce que Dieu vous a donné à Lourdes cette année. N’attendez pas l’année prochaine, votre prochain pèlerinage, pour vous greffer à la confiance mariale et au service fraternel. Décidez maintenant de tout faire pour y être fidèles et prenez les moyens de cette fidélité. Quels sont ces moyens ? D’abord la prière personnelle, intime. Dans ta chambre, prie le Père dans le secret, il t’entend et t’exauce ! Et pour ouvrir cette prière au Père, tu peux t’appuyer sur le « Je vous salue Marie » et le chapelet.

Autre moyen : la messe dominicale. Là, chacun de nous est greffé à l’Eglise, le corps du Christ. Bien sûr, vous n’aurez sans doute pas la qualité des chants, ce soutien musical que nous avons grâce au groupe Asaph, ni non plus la foule nombreuse et joyeuse de nos célébrations. Découvrez dans les messes ordinaires cet amour infini de Dieu qui nous donne son Fils en nourriture. Parole de vie et pain de vie.

La méditation fidèle de l’Evangile est aussi un rendez-vous simple, à la portée de chacun. Si nous sommes familiers de l’Ecriture, nous serons frères et sœurs du Christ. C’est ce lien profond au Christ qui est la source du service fraternel.

A vous, frères et sœurs malades, ne restez pas seuls, gardez un lien avec votre aumônerie ou avec l’Hospitalité. Demandez qu’on vous porte, si nécessaire, la communion. Appuyez-vous sur KTO et sur Radio Notre Dame, de puissants soutiens pour les personnes seules et malades.

Pour vous, les jeunes, appuyez-vous sur votre aumônerie. Soyez fidèles au service de l’autel, à votre groupe scout ou aux autres mouvements de jeunesse comme le MEJ. Entrez dans le groupe musical de votre paroisse. En tout cas, à vous aussi, je dis : ne restez pas seuls ! Répondez avec joie aux rendez-vous que l’Eglise vous propose tout au long de votre jeunesse : le sacrement de confirmation, les grands rassemblements comme Lisieux, le Frat, les JMJ et les rassemblements diocésains. Ne restez pas seuls et appuyez-vous sur la foi de vos frères.

Mes amis, le Seigneur nous a rassemblés pendant cinq jours. Qu’il nous garde unis dans le désir d’annoncer son amour et sa miséricorde.

Amen.

+ Jean-Yves Nahmias
Evêque de Meaux


Messe d’envoi - Pèlerinage diocésain à Lourdes

  • Photos
  • Vidéos