j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information         infideo.fr
Nous sommes chargés de transmettre à nos frères et nos sœurs le trésor de la foi
Publié le 04/04

Nous sommes donc des héritiers, des héritiers ancrés dans une histoire, des héritiers chargés de transmettre à d’autres le trésor de la foi : « Le Christ est ressuscité, il est notre sauveur ».

Clôture du synode diocésain

- Samedi 2 avril 2022 –

Cathédrale-basilique Saint-Etienne

Première lecture : Ac 4, 8-12
Psaume 33 (34), 2-3, 10-11, 12-13, 14-15
Evangile : Jn 6, 51-58

Un peuple rassemblé par le Père pour annoncer l’Evangile

« Les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » (Jn 6, 52). Dans l’Evangile que nous venons d’entendre, on voit comment l’entourage de Jésus se querelle à son sujet. Ce matin, dans notre lectio divina, un peu plus loin dans l’Evangile l’Ecriture précise : « C’est ainsi que la foule se divisa à cause de lui » (Jn 7, 43). Vingt siècles de christianisme ne doivent pas nous faire oublier combien la personne du Christ a provoqué d’interrogations sur sa personne, de divisions aussi. « Pour vous, qui suis-je ? » (cf. Mt 16, 15). Cette question que le Christ lui-même adresse à ses apôtres montre bien l’enjeu de la détermination de chacun face à l’identité profonde du Christ.

Chacun de nous est le fruit à la fois du témoignage de ses frères et sœurs aimés dans la foi et du travail en lui de l’Esprit Saint. Nous sommes donc des héritiers, des héritiers ancrés dans une histoire, des héritiers chargés de transmettre à d’autres le trésor de la foi : « Le Christ est ressuscité, il est notre sauveur ».

Permettez-moi un petit témoignage personnel sur la manière dont j’ai vécu nos rencontres du synode. Nous sommes unis par l’Esprit Saint, mais aussi nous sommes bien fidèles chacun à sa génération et nos générations respectives se stimulent entre elles dans l’unité ! Lors de notre dernière assemblée plénière à Melun, j’ai été impressionné par les témoignages introductifs et par le souffle qu’ils manifestaient. J’ai entendu comme vous tous de la part d’un des jeunes de notre assemblée : « Je veux réévangéliser la France ! ». La voix était claire et ferme. A son âge, je n’aurais pas utilisé ces termes. Pourtant, c’est bien le même désir profond qui m’habitait et qui a motivé mon entrée au séminaire : transmettre autour de moi la foi au Christ sauveur ! Je n’aurais pas dit à l’époque « évangéliser la France ». Il aura fallu attendre quelques décennies pour que cette expression soit communément utilisée, mais c’est la même réalité.

Evangéliser la France… Il est bon d’entendre la fraîcheur de ces mots. Ils doivent nous stimuler dans notre mission commune et c’est bien la mission que nous donne le Père.

Mes amis, nous sommes unis dans la foi des apôtres. Nous l’avons vécu pendant ce synode diocésain qui nous a bien fait comprendre que nous étions un seul peuple rassemblé par Dieu le Père pour la mission. Nous sommes riches de nos sensibilités, de nos vocations, de nos générations, de notre masculinité, de notre féminité. Ensemble, rassemblés, nous annonçons l’Evangile du Christ sauveur. Et nos différences sont une belle richesse pour notre diocèse, pour être envoyés à un peuple aux mille visages marqués par des histoires différentes, marqués par leur sensibilité, leur génération.

Ensemble, témoignons du Christ sauveur.

Amen.

+ Jean-Yves Nahmias
Evêque de Meaux