j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information         infideo.fr
Nouvelle traduction du missel
Publié le 28/10

Lors de leur Assemblée plénière le 5 novembre 2019 à Lourdes, les évêques français ont annoncé que la nouvelle traduction du missel romain avait été approuvée par le Saint-Siège. Cette nouvelle traduction liturgique du missel romain entrera en vigueur pour tous les pays francophones le premier dimanche de l’Avent 2021, soit le 28 novembre 2021.

Voici quelqu’un des changements portés par cette nouvelle traduction :

La relation du Père et du Fils précisée dans le symbole de Nicée-Constantinople

Avec cette nouvelle traduction l’assemblée dira de Jésus qu’il est « consubstantiel au Père ». Cette affirmation vient ainsi souligner qu’il n’y a bien qu’un seul et unique Dieu, une seule substance divine. Il s’agit de la modification la plus importante car elle concerne une prière prononcée par tous, prêtres et fidèles, et qu’elle n’est pas facultative.

Traduction plus proche du latin

L’un des grands changements de cette nouvelle traduction concerne la prière sur les offrandes, aussi appelée Orate fratres. Dans la version actuelle, le prêtre dit : « Prions ensemble, au moment d’offrir le sacrifice de toute l’Église ». Ce à quoi l’assemblée répond : « Pour la gloire de Dieu et le salut du monde ». Dans la nouvelle traduction le prêtre privilégiera : « Priez, frères et sœurs : que mon sacrifice, et le vôtre, soit agréable à Dieu le Père tout-puissant ». Et l’assemblée : « Que le Seigneur reçoive de vos mains ce sacrifice à la louange et à la gloire de son nom, pour notre bien et celui de toute l’Église ».
La nouvelle version a été exigée par le Vatican, pour plus de proximité envers le texte latin.

Une plus grande présence des femmes

Un autre apport parmi les plus visibles de cette nouvelle traduction est le remplacement occasionnel du mot « frères » par l’expression « frères et sœurs ». Par exemple, lors du Je confesse à Dieu les fidèles diront : « Je reconnais devant vous, frères et sœurs (…) et vous aussi, frères et sœurs, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu ».

L’importance de la gestuelle

À plusieurs endroits, le nouveau texte vient préciser les gestes du prêtre. Il vient par exemple renforcer l’invitation à s’incliner lors de l’évocation du mystère de l’incarnation dans le Je crois en Dieu, tant dans le symbole de Nicée-Constantinople que dans le symbole des Apôtres.

L’importance du silence

La mention de l’importance du silence pour la réception fructueuse de la Parole de Dieu : le silence fait partie de l’action liturgique et offre la possibilité d’un accueil de la Parole de Dieu.
Le nouveau missel indique, par exemple, un nouveau temps de silence après le Gloire à Dieu.