30 octobre 2020

"Beaucoup de jeunes saints ont fait resplendir les traits de l’âge juvénile dans toute leur beauté et ont été, à leur époque, de véritables prophètes du changement ; leurs exemples nous montrent de quoi sont capables les jeunes quand ils s’ouvrent à la rencontre avec le Christ." Pape François, Christus Vivit n°158

Que ces jeunes que nous allons suivre jusqu’à la Toussaint nous fassent découvrir ce chemin de Sainteté.

Chiara Luce : (1971-1990)

Chiara Badano Luce naît le 29 octobre 1971.Dès son plus jeune âge, elle fait preuve d’une grande générosité. À quatre ans, elle décide de donner ses plus beaux jouets à des enfants démunis : « Je ne vais quand même pas donner des jouets cassés à des enfants qui n’en ont pas ! ».
Elle est docile à la grâce et au dessein de Dieu sur elle, qui se dévoilera peu à peu. Le jour de sa première communion, elle reçoit en cadeau les Évangiles. Ce sera pour elle un « magnifique livre » et « un extraordinaire message ».

Elle dira : « De même qu’il est facile pour moi d’apprendre l’alphabet, je dois aussi apprendre à vivre l’Évangile ! »


En 1980, elle découvre le mouvement des Focolari et devient une Gen (nom donné aux jeunes du mouvement).
Elle aime la vie, la musique, la natation, le tennis, les randonnées en montagne. Sa joie attire mais, quand on lui demande si elle parle de Dieu à ses amis, elle répond :
« Je ne dois pas parler de Jésus, mais je dois le donner aux autres par ma manière de me comporter ». Elle poursuit ses études et rentre au lycée classique où elle offre à Jésus ses difficultés.
Deux années de maladie
À la fin de l’été 1988, Chiara joue au tennis lorsqu’une douleur lancinante lui fait perdre sa raquette. Des examens médicaux révèlent un cancer des os. Elle n’a pas encore dix-huit ans et les projets dont elle avait rêvé s’écroulent. En apprenant le diagnostic, Chiara ne pleure pas, ne se rebelle pas, sûre que Dieu est fidèle et que son amour ne défaillera pas. Il sait, lui, quel est son vrai bonheur.
Elle offre sa souffrance pour l’Église, pour les jeunes, pour les non-croyants, le mouvement des Focolari, les missions…
Chiara perd très vite l’usage de ses jambes. Elle répète : « Je n’ai plus rien, mais j’ai encore le coeur et avec lui je peux toujours aimer ».

Les amis des Focolari alternent les visites à l’hôpital pour la soutenir, elle et sa famille. Les périodes d’hospitalisation à Turin sont de plus en plus fréquentes et, avec elles, les thérapies lourdes qu’elle affronte avec beaucoup de courage : « Pour toi Jésus, si tu le veux, je le veux moi aussi ». Les médecins, certains non pratiquants, sont bouleversés par la paix qui émane d’elle, et plusieurs redécouvrent Dieu. Sa chambre d’hôpital à Turin est un lieu de rencontre, d’apostolat, d’unité. À sa maman qui lui demande si elle souffre, elle répond :

« Jésus m’enlève avec du chlore mes taches, et le chlore ça brûle.
Ainsi, quand j’arriverai au paradis, je serai blanche comme la neige
 ».


Elle confie à ses amis : « Vous ne pouvez pas imaginer la relation que j’ai maintenant avec Jésus… Je me rends compte que Dieu demande quelque chose de plus, de plus grand. Peut-être pourrai-je rester sur ce lit pendant des années, je n’en sais rien. La seule chose qui m’intéresse, c’est la volonté de Dieu ; je dois bien faire celle de l’instant présent : jouer la partition de Dieu.
Elle est déclarée « vénérable » en 2008 et est béatifiée le 25 septembre 2010.
On la fête le 29 octobre.
Source : Marine Guillard - www.mavocation.org
http://www.synod.va/content/synod2018/fr/jeunes-temoins/chiara-luce---jouer-la-partition-de-dieu.html


Qui sommes nous ?

Un jour à Lisieux

le FRATernel

Scouts et Guides de France

Guides et Scouts d’Europe

Scouts Unitaires de France