j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information infideo.fr
Qui est sainte Bathilde (vers 626–680) ?

Qui est sainte Bathilde (vers 626–680) ?

Jeune esclave d’origine anglo-saxonne, devenue reine de France.
___

La jeune Bathilde est enlevée en Grande Bretagne par des pirates et vendue peu avant 650 sur l’un des marchés d’esclaves du royaume franc à Erchinoald, maire du palais de Neustrie et de Bourgogne depuis 641 et apparenté à la famille royale.

« Douce de cœur », mesurée, sage et prudente dans toute sa conduite, elle est pleine de délicatesse et d’égards pour ses compagnes. Lorsque, par sa beauté et sa grâce, elle a la faveur d’Erchinoald, et devient son échanson, elle ne profitera pas de sa position. L’humilité la gouverne toute sa vie. Devenu veuf, Erchinoald songe à l’épouser, mais elle parvient à l’en détourner. Il choisit alors de la donner pour épouse à Clovis II (650-651), roi des Francs, séduit par sa beauté et sa douceur. Trois fils naissent : Clotaire né vers 652, Childéric et Thierry.

Clovis II meurt en 657. Son fils Clotaire ayant 5 ans, Bathilde assure la régence. Saint Éloi, évêque de Noyon, et Saint Ouen, évêque de Rouen, sont ses principaux conseillers. Se souvenant de son passé d’esclave, elle interdit le commerce des esclaves dans le royaume, selon les recommandations formulées à plusieurs reprises par les autorités ecclésiastiques, en particulier le concile de Chalon-sur-Saône (entre 647 et 653). Elle abolit la capitation, impôt calculé sur le nombre d’enfants qui pénalisait fortement les familles et les incitaient à laisser leurs enfants mourir de faim. Elle interdit la simonie, lutte contre les aristocraties locales, et veille à la réunion dans la paix des royaumes francs. Elle soutient la fondation de trois monastères : Chelles, Corbie, Jumièges, en lien avec Luxeuil, Fontenelle, Jouarre, Faremoutiers.

En 667, à la majorité légale de Clotaire (15 ans), Bathilde se retire dans son monastère à Chelles. Elle mène la vie religieuse mais ne prononce pas de voeux, vivant l’humilité et la parfaite obéissance sans traitement de faveur. Elle y décède le 30 janvier 680.

En 847 lors du Concile de Paris, Bathilde reçoit le titre de « venerabilis ». Placée parmi les saints en 848 dans le martyrologe de Wandelbert, moine de Prüm, elle le sera officiellement au XIe siècle par le pape Nicolas II.

L’essentiel des reliques de sainte Bathilde est conservé à Chelles, mais des parcelles furent offertes au Vatican et à des paroisses (25 environ en Seine-et-Marne). Sa tunique funéraire est actuellement au Musée Alfred Bonno de la ville.

Sources :
Vita A
LAPORTE Jean-Pierre, La Reine Bathilde ou l’ascension d’une esclave, Congrès 1988
Vie de sainte Bathilde, traduction du latin par G. Duchet-Suchaux, sur la base de l’édition de Bruno Krusch de la Vita, M.G.H., II, 1888, p. 482-508, dans Bulletin du groupement archéologique de Seine-et-Marne,1982, n° 23, p. 30-36