Pastorale des Migrants : Paroles du mois de juillet 2019 : Actualités
Télécharger le numéro de juillet des Paroles du Mois en cliquant sur le logo
PDF - 1.8 Mo
Pastorale des Migrants : Paroles du mois de juillet 2019

C’est déjà le moment de se dire au revoir !

Huit ans ont passé sur ce chemin escarpé : une belle randonnée sur un sentier d’humanité !
J’ai vécu ma mission au service de cette Pastorale des Migrants comme un appel à contempler quelque chose de notre humanité ici dans notre diocèse de Seine et Marne.
J’ai élargi l’espace de ma tente et je me suis enrichie des coutumes et différences des uns et des autres... : cela m’a passionnée !
J’ai découvert combien la foi était enracinée dans toutes les cultures d’une façon particulière. Les partages d’Évangile avec des personnes de cultures différentes sont toujours étonnants d’humanité et d’une profondeur qui nous révèle le Christ Vivant au milieu du monde !
Ma mission m’a amenée à mesurer l’engagement de nombreuses personnes qui se sont bougées avec les migrants et qui se sont rassemblées en collectif. Leur détermination est contagieuse ! J’ai été également été témoin du courage de ceux qui arrivent : leur histoire nous oblige .... Ce ne sont pas que des migrants : j’ai rencontré des hommes, des femmes, des enfants ; ils ont des talents, des passions, une famille, des amis ... des joies, des peines ...
Ils ont un besoin intrinsèque de tisser des liens pour vivre, d’être reconnus, d’être partie intégrante d’un "nous" que nous avons à construire ensemble.
Il y a du bonheur à partager un repas dans un accueil du Secours Catholique parce qu’on est "comme à la maison" ; accueilli/accueillant, chacun a sa place naturellement dans ces lieux de fraternité prophétique.
Devant le parcours du combattant des migrants et leurs situations souvent inextricables, je me suis souvent trouvée devant une incapacité à répondre aux demandes ... impuissante face à l’administration, humble compagne avec mes difficultés à sortir de mes préjugés, frustrée de ne pas avoir les moyens de disponibilité, de ressources, et de connaissance pour mieux accompagner. J’ai appris à travailler avec d’autres et en réseau. C’était bien !
Toucher du doigt, petit à petit, la différence de l’autre, m’a révélé davantage la grandeur de DIEU. Dieu se révèle à nous, aujourd’hui, à la croisée des chemins entre autochtones et migrants en Seine et Marne, c’est certain !
Alors un grand grand merci à chacune et chacun pour ce beau voyage ! Je sais que vous allez continuer sur ce chemin plein d’Espérance en un monde plus juste et plus fraternel. Moi, je prends mon baluchon pour la Bretagne. Après un bon repos estival et les remous du déménagement, qui sait, je reprendrai peut-être la route...

Martine Morançais,
responsable du service diocésain
de la Pastorale des Migrants