Pastorale des Migrants : Paroles du mois de juin 2019 : Actualités
Télécharger le numéro de juin des Paroles du Mois en cliquant sur le logo
PDF - 1.4 Mo
Pastorale des Migrants : Paroles du mois de juin 2019

LAÏC (LAÏQUE) EN MISSION ÉCCLESIALE, une expérience à vivre !
Notre société moderne est très performante, exigeante et au confluent des idéologies mettant en cause la racine chrétienne de l’Europe. La proposition de la foi ne doit pas y faire figure de parent pauvre. Baptisés, clercs ou laïcs, la mission est l’affaire de tous. Un(e) permanent(e) en pastorale est celui (celle) qui travaille auprès de ses frères et sœurs pour les aider à vivre l’Évangile. Il (elle) est nommé(e) pour quatre ans, une fois renouvelables. Pour l’essentiel de sa mission, il (elle) bénéficie d’une formation interne, organisée par les services diocésains, adaptée à son charisme et peut même suivre des études universitaires théologiques. Il ou Elle est en lien avec les autres délégué(e)s de la Pastorale des Migrants en Île de France. Des informations précieuses sont régulièrement communiquées par le Service National de la Pastorale des Migrants (SNPMPI) qui est d’un grand soutien pour les délégué(e)s au vu de la richesse de la mission. Des journées d’étude sont organisées régulièrement par le SNPMPI sur les sujets d’actualité liés à la migration ; journées au cours desquelles les délégué(e)s de toute la France peuvent partager leurs expériences. Ainsi donc avec confiance, il (elle) peut se situer personnellement en Église et dans ce monde et répondre favorablement aux attentes de ses contemporains (sens de l’Église).

Avec le Pape François, nous exprimons nos remerciements à Martine MORANCAIS pour son implication comme autochtone pendant huit ans dans ce service de la Pastorale des Migrants et des Réfugiés, manifestant l’amour miséricordieux de Dieu à tant de nos frères et sœurs au nom de notre diocèse. Elle a sûrement expérimenté qu’en un migrant, c’est Jésus-Christ lui-même qui frappait à sa porte. (Mt 25,35).
Tous debout pour combattre la civilisation du jetable devenant anthropologique, soyons nombreux le 15 juin de 11h à 12h30 (messe suivie d’un repas partagé) à Nangis lui dire notre reconnaissance et notre élan à poursuivre le chemin qu’elle a tracé.

Père Jean-Baptiste Basaula
Accompagnateur du service diocésain
de la Pastorale des Migrants