" />
  Pastorale des Migrants : Paroles du mois de juillet 2018 : Actualités
Télécharger le numéro de Juillet des Paroles du Mois en cliquant sur le logo
PDF - 3 Mo
Pastorale des Migrants : Paroles du mois de juillet 2018

En communion de prière avec la Centrafrique :
La lettre de l’association de l’Esplanade des religions et des Cultures aux habitants de Bangassou en Centrafrique que vous pourrez lire dans ce mensuel de la Pastorale des Migrants a été envoyée avant la mort tragique de Msgr Firmin GBAGOUA, Vicaire Général du diocèse de Bambari, survenue vendredi dernier, le 29 juin.

Vous trouverez sur ce site le communiqué de la Conférence Épiscopale de Centrafrique (CECA) ainsi de celui de l’Académie de la Paix et du Développement durable de Centrafrique qui dénoncent de telles exactions et appellent à la recherche de solutions pacifique pour reconstruire la fraternité et la cohésion sociale sur toute l’étendue de la République Centrafricaine

Nous sommes tous en communion de prière pour soutenir l’Église catholique de Centrafrique dans cette lourde épreuve afin qu’elle reste debout, étant aujourd’hui le principal artisan de la paix dans le pays avec un État dont l’armée est sous embargo des Nations Unies depuis 2013 et qui est à reconstruire.


"J’étais un étranger et vous m’avez accueilli"(Mt 25, 35)
Les mois de juillet-août marquent la fin de l’année pastorale, une pause bien méritée, précédée des bilans et des objectifs nouveaux pour la rentrée (cf Mc6,31).

Le phénomène migratoire occupe et divise l’Europe en un temps de déracinement des valeurs chrétiennes à la base de sa fondation. Saint Jean-Paul II nous interpelle encore, du ciel, par cette question « Europe, qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » (cf homélie de St Père JPII, le Bourget, 1er juin 1980).

La fin, dit-on, justifie les moyens. La perspective eschatologique de la fin des temps dont nous parlent les Écritures justifie notre engagement chrétien aux cotés de ceux qui, nombreux, croyants ou non, travaillent pour un monde meilleur pour tous.
« Car le royaume attendu à la fin des temps est déjà là. »

Dieu les bénit et leurs dit : "Soyez féconds, multipliez-vous, emplissez la terre et soumettez-la".

Le développement des uns ne doit pas justifier le sous développement artificiellement entretenu des autres. Tout est question de justice. Par fidélité au maître, tout chrétien devrait s’éloigner de toutes les idéologies qui mutilent le cœur de l’Évangile (cf Pape François, La joie l’allégresse,§§ 96 et 100).

"Qu’as-tu fait de ton frère ?" (Gn 4, 9-10). La conscience de notre baptême nous rappelle notre mission prophétique et nous invite à ne pas délaisser cette préoccupation pastorale des migrants aux seuls acteurs engagés dans ce secteur, mais doit impliquer tout le corps du Christ d’autant plus que la question est mondiale. L’union fait la force. La véritable religion n’est pas opium du peuple (Karl Marx) mais véritable facteur de développement personnel et collectif.

Père Jean-Baptiste Basaula,
accompagnateur du service diocésain
de la Pastorale des Migrants