j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information infideo.fr
Église aux mille visages : telle est notre Église de Seine-et-Marne ! Rencontre synodale interculturelle : 27 mai 2017
Publié le 08/06

Plusieurs délégués de communautés africaines, antillaises, indiennes, portugaises, sri-lankaises, vietnamiennes… se sont retrouvés, le samedi 27 mai, à Melun autour de Mgr Nahmias souhaitant que la pluralité des cultures de nos communautés paroissiales soit davantage représentée dans le collège Senior.

Après la messe d’ouverture, Mgr Nahmias a lancé la journée en présentant le contexte et les 4 axes de la démarche synodale.
« Comment être davantage disciple-missionnaire ?
Comment pouvons-nous porter davantage l’annonce de la Bonne Nouvelle en Seine et Marne. C’est une démarche du corps tout entier dans la diversité des vocations.
Il s’agit de recentrer notre énergie par rapport à cet impératif de l’annonce de l’Évangile. Pour les jeunes : il est question de mettre la pagaille dans l’Église pour un renouvellement profond de nos manières d’être et de faire.
Il est important de retravailler la question de la complémentarité des vocations pour resituer les prêtres comme des pasteurs face à un peuple missionnaire. C’est bien ensemble qu’on se reçoit du Christ ressuscité et qu’on est envoyé en mission.

Dans notre société où la tentation du repli identitaire est forte, l’Église donne à voir un visage d’unité et de fraternité. Je suis témoin de cette belle unité dans la diversité des cultures dans nos paroisses et de la progression de votre participation dans les EMPs et EAPs. Vous faites partie intégrante de la richesse de notre diocèse et vous témoignez de notre Mission d’être disciples-missionnaires dans la communion fraternelle. Vous apportez un regard particulier, une approche particulière sur la façon de vivre la foi. Nous avons tous à y être attentifs.

De plus vos diversités d’origine nous rendent capable de toucher, de rejoindre des personnes de toute origine « De toutes les nations, faites des disciples ».
Comment faire pour que vous preniez pleinement votre place dans notre Église en apportant ce qui vient de votre patrimoine tout en respectant la manière de vivre la liturgie en France. Il y a un travail d’ajustement à faire ensemble.

Le travail de la journée, en petits groupes sur les quatre axes de la démarche, a été fructueux. Nous avons relevé quelques idées fortes :
1) Aller aux périphéries,
rencontrer nos contemporains et annoncer l’Évangile
- Pour nous aller aux périphéries, c’est rencontrer des personnes qu’on ne connait pas. Il y a peut-être des lieux où il faut être présent : ex : la fête des voisins …
- Il y a aussi les périphéries qui sont en nous : sortir de nos préjugés, lever nos barrières.
- Aller aux périphéries pose la question de notre identité. Si une rencontre est vraie, nous nous apportons mutuellement, donc nous sommes appelés à changer …
- Le mot missionnaire peut faire peur. Pour moi, être disciple-missionnaire, c’est dans notre quotidien comme Marie a dit OUI tout au long de sa vie.
- Faire nôtre, le désir du Christ à se faire connaître à tout homme.
- Prendre le risque de dire de mots même maladroits pour dire ce que tu vis ; alors ta foi va grandir.
- Comment avoir les mots justes qui témoignent de la transformation de nos vies, accueillant le Christ ressuscité ? Pouvoir dire les transformations que le Christ fait en nous.
2) Vivre la charité qui témoigne du Christ ressuscité
- La charité n’est pas propre aux chrétiens. Comment nous chrétiens, vivons nous cette charité ?
- Comment sensibiliser l’ensemble des chrétiens à cette démarche ?
- Comment la faire vivre au sein de nos paroisses et avec les jeunes ?
- Comment la messe et l’eucharistie deviennent aussi lieu de charité et une invitation à la charité ?
- Comment donner davantage la parole aux pauvres, aux petits dans nos communautés ? (intuition DIACONIA).

3) Evangéliser les jeunes et accompagner leurs familles
- Remettre les jeunes en capacité de prendre des initiatives.
- L’importance du témoignage de notre vie de famille(s) de DIEU avec nos spécificités culturelles.
- Actuellement la dynamique part de la paroisse pour aller vers les familles ; Ne faudrait-il pas renverser les choses. Il est important de repenser une pastorale de proximité : quels ponts entre les familles et les paroisses pour une pastorale de proximité ?
- Comment accompagner les parents ? Besoin d’outils pour prier ou partager la parole à la maison.
4) Vivre le jour du Seigneur et faire de nos rassemblements eucharistiques dominicaux
une communion fraternelle.
- Un jour où DIEU doit être au centre. C’est l’histoire de chacun qui doit être éclairée par l’Écriture. Comment prendre le temps d’éclairer toute sa vie dans la lumière du Christ ?
- Comment redonner un esprit familial à cette journée du dimanche : attention à l’autre, prière, petit-déjeuner, messe, actions avec et pour les autres ? C’est ce qui va fonder toute la famille dans l’accueil de la foi et dans la fidélité à l’Évangile.
- Est-ce que dans nos communautés chrétiennes nous vivons une fraternité effective ; Et comment prendre les moyens d’une fraternité effective ? Quelle qualité de notre accueil ?

Mgr Nahmias invite tous les participants à la prochaine assemblée plénière de la démarche synodale à la cathédrale de Meaux. Samedi 14 octobre 2017