j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information infideo.fr
Messe des étudiants - Cathédrale Notre-Dame de Paris - Mercredi 16 novembre 2016
publié le 23/11/2016

« Et voici qu’il y avait une porte ouverte dans le ciel. » (Ap 4, 1). Quelle est cette porte dans le ciel présente dans l’Apocalypse de saint Jean ? A-t-elle un nom ? Avec cette année jubilaire de la miséricorde, avec ces JMJ à Cracovie, nous pouvons, je crois, les uns et les autres, deviner le nom de cette porte. C’est la porte de la miséricorde. Elle nous permettra d’aller à la rencontre de notre Dieu, notre créateur, le Père de miséricorde, et sans doute d’abord de rencontrer le Christ, le visage de la miséricorde du Père. Au seuil de cette porte nous attend sans doute pour nous accueillir le doux visage de Marie, notre Mère, la Mère de miséricorde. Oui, c’est vraisemblablement son visage qui nous accueillera. Un visage d’une grande proximité qui va nous entraîner dans son action de grâce, le Magnificat.

Première lecture : Ap 4, 1-11
Psaume : Ps 150
Évangile : Lc 19, 11-28

Choisissez Marie pour mère !

« Et voici qu’il y avait une porte ouverte dans le ciel. » (Ap 4, 1). Quelle est cette porte dans le ciel présente dans l’Apocalypse de saint Jean ? A-t-elle un nom ? Avec cette année jubilaire de la miséricorde, avec ces JMJ à Cracovie, nous pouvons, je crois, les uns et les autres, deviner le nom de cette porte. C’est la porte de la miséricorde. Elle nous permettra d’aller à la rencontre de notre Dieu, notre créateur, le Père de miséricorde, et sans doute d’abord de rencontrer le Christ, le visage de la miséricorde du Père. Au seuil de cette porte nous attend sans doute pour nous accueillir le doux visage de Marie, notre Mère, la Mère de miséricorde. Oui, c’est vraisemblablement son visage qui nous accueillera. Un visage d’une grande proximité qui va nous entraîner dans son action de grâce, le Magnificat.

Ceux d’entre nous qui sont allés aux JMJ de Cracovie ont été frappés par l’attachement des Polonais envers la Vierge Marie. Certains ont même été étonnés de cela. Comment comprendre cet attachement ? « Personne comme Marie n’a connu la profondeur du mystère de Dieu fait homme. » Écoutons les paroles du pape François qui nous invitait à tourner notre regard vers celle qui est Notre-Dame de miséricorde : « Que notre pensée se tourne vers la Mère de miséricorde, nous dit-il, que la douceur de son regard nous accompagne en cette année sainte, afin que tous puissent découvrir la joie de la tendresse de Dieu. Personne n’a connu comme Marie la profondeur du mystère de Dieu fait homme. Sa vie entière fut modelée par la présence de la miséricorde faite chair. La mère du crucifié ressuscité est entrée dans le sanctuaire de la miséricorde divine en participant intimement au mystère de son amour. » (Misericordiae Vultus, n°24)

Les évangiles sont discrets sur Marie, même si les évocations qui y sont présentes sont très significatives. Je voudrais seulement mettre en valeur Marie au pied de la croix. « Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils ». Puis, il dit au disciple ; « Voici ta mère ». Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. » (Jn 19, 26-27). Marie est « Mère de miséricorde », elle est restée debout, dans l’espérance, au pied de la croix. Choisir Marie pour mère, c’est grandir dans l’espérance, une espérance qui n’est pas doucereuse, mais qui se fonde dans la mort du Christ sur la croix, une espérance plus forte que la mort. C’est cette espérance dont nous avons besoin dans le monde qui est le nôtre, un monde sans repères et aux valeurs humaines bousculées, un monde traversé par une multitude d’injustices, un monde où sont présents la mort, le terrorisme, la guerre. C’est notre monde et c’est là que nous sommes appelés à vivre l’espérance dans le Christ ressuscité.

Mes amis, prenez Marie chez vous, comme vous y invite le Christ. Il vous donne sa mère : laissez Marie vous accompagner dans votre vie de jeunes croyants. Laissez Marie vous enfanter à la foi. Laissez Marie vous enfanter à la louange du Magnificat. Prenez Marie, l’humble servante, comme modèle pour vos relations humaines.

L’Évangile que nous venons d’entendre nous appelle à la fécondité chrétienne, à porter les fruits de l’Évangile, c’est-à-dire les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Nous ne sommes pas la source de la miséricorde et cette année jubilaire nous l’a fait comprendre en profondeur ! Le Père ne se lasse pas de faire miséricorde, c’est ce qui met en nous la joie de l’Evangile et rend à chacun sa pleine dignité. Cette miséricorde offerte alors que nous ne la méritons pas est le dynamisme de notre charité, de notre fécondité. Dans l’humilité et dans la discrétion, nous sommes appelés à faire croître ce que nous avons reçu !

Mes amis, en particulier aux JMJ de Cracovie, vous avez fait l’expérience profonde de l’amitié du Christ pour vous. Librement, avec force et générosité, offrez au Christ votre liberté, nourrissez cette amitié par votre prière, par la méditation fidèle de la Parole de Dieu et par la vie sacramentelle. C’est greffés au Christ que vous porterez les fruits de l’Évangile.

Le pape François nous invite à sortir, à mettre nos chaussures de marche et à aller porter la miséricorde divine à nos frères. Vous ne pourrez le faire qu’en restant unis au Christ, greffés au Christ.

« Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde. » (Mt 5, 7).

Amen.

+ Jean-Yves Nahmias
Évêque de Meaux


Contact Presse

Mlle Camille LEDOUX
Relation Presse et Média

01.64.36.41.37
communication@meaux.cef.fr

Association Diocésaine de Meaux
7, rue Notre-Dame
77334 MEAUX CEDEX

Pour recevoir directement les communiqués merci de vous inscrire par mail ou par téléphone.


Textes et déclaration
21/01
COMMUNIQUE - Messe de réparation du 24 janvier 2016, en l’église saint Louis de Fontainebleau

28/01
Edito - La vie consacrée a une place toute particulière dans ce peuple missionnaire que nous formons

02/02
« La joie du Seigneur est votre rempart » (Ne 8, 10)

Tous les communiqués