j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information infideo.fr
« Là où est la haine, que je mette l’amour. »
publié le 04/11/2016

En cette troisième année des commémorations de la guerre de 1914-1918, tous les diocèses de France invitent, le 11 novembre, à prier pour la paix et pour les nombreuses victimes civiles et militaires de ce conflit.

Les récents attentats en France nous amènent aussi à prier avec foi pour la paix dans notre pays.

J’invite ce jour-là les catholiques de Seine-et-Marne à participer aux messes célébrées dans nos églises (pour cela, consulter le site www.catho77.fr) et à assister aux cérémonies du souvenir qui se tiendront aux monuments aux morts de nos villes et villages. Soyons nombreux pour manifester notre fidèle souvenir et notre engagement pour la paix dans notre pays.

1916. Cette troisième année de guerre est marquée par des grandes batailles qui restent gravées dans les mémoires : celle de Verdun et celle de la Somme. Ce furent les batailles les plus meurtrières de la première guerre mondiale. Près d’un million de soldats y ont péri. La Somme, mais surtout Verdun sont devenus les lieux de mémoire par excellence de la première guerre mondiale. Dès la fin des années 1950, cette mémoire se traduit par les premiers gestes symboliques de la réconciliation franco-allemande. Souvenons-nous de la rencontre du Général de Gaulle et Konrad Adenauer à La Boisserie, chez le Général, de la poignée de main de François Mitterrand et d’Helmut Kohl à Douaumont et des nombreux jumelages entre villes et villages français et allemands, les échanges culturels entre les deux pays, etc.

Les attentats qui nous ont frappés nous rappellent combien la paix est fragile, combien la barbarie est proche. Dans ce contexte, le pape François nous invitait il y a quelques mois à « reprendre la mémoire pour faire la paix ». Il ajoutait : « Aujourd’hui dans cette guerre mondiale par morceaux que nous vivons actuellement, nous voyons beaucoup, beaucoup, beaucoup de cruauté. Faites toujours le contraire de la cruauté : ayez des attitudes de tendresse, de fraternité, de pardon. Et portez la croix de Jésus Christ. »

« Là où est la haine, que je mette l’amour. » Je vous invite à mettre dans votre cœur la très belle prière de saint François d’Assise pour la paix. Nous ne prions pas pour la paix d’une manière extérieure, mais nous nous offrons à Dieu pour qu’il fasse de nous des artisans de paix ! Saint François nous invite à nous engager pour la paix dans chaque situation de la vie :
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

La prière de saint François nous guide dans le dynamisme profond du disciple du Christ. Voilà le travail du chrétien, son labeur ! En payant de sa personne, il accepte d’entrer dans ce qui divise, oppose, sépare les hommes pour y apporter la communion, l’unité que le Christ donne. « Que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler. » Mourir à soi, se décentrer de soi-même, voilà la source de la joie chrétienne.

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix. » Oui, de ta paix. Pas seulement de la paix des hommes, mais de la paix que le Christ ressuscité donne à ses disciples : une paix plus forte que le mal, une paix qui a vaincu la mort et que le Christ a acquise par l’offrande de sa croix.

+ Jean-Yves Nahmias


Prière de Saint François d’Assise

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »


Contact Presse

Mlle Camille LEDOUX
Relation Presse et Média

01.64.36.41.37
communication@catho77.fr

Association Diocésaine de Meaux
7, rue Notre-Dame
77334 MEAUX CEDEX

Pour recevoir directement les communiqués merci de vous inscrire par mail ou par téléphone.


Textes et déclaration
21/01
COMMUNIQUE - Messe de réparation du 24 janvier 2016, en l’église saint Louis de Fontainebleau

28/01
Edito - La vie consacrée a une place toute particulière dans ce peuple missionnaire que nous formons

02/02
« La joie du Seigneur est votre rempart » (Ne 8, 10)

Tous les communiqués