INSCRIPTION NEWS LETTER Contacts
   
 
Objectif 527 000 € en savoir plus
Déjà récolté 179 997 €
JE FAIS UN DON
 
REJOIGNEZ LE CŒUR
DES HOMMES D’AUJOURD’HUI
L’important programme de restauration interne de la Cathédrale de Meaux entrepris par les pouvoirs publics rend possible la mise en œuvre d’un projet longuement mûri.
Donnons à l’espace liturgique une beauté qui rejoindra le cœur des croyants et des nombreux visiteurs. Ecrivons ensemble une nouvelle page de foi, d’art et d’histoire.
En participant à ce projet, vous donnerez une nouvelle vie à la Cathédrale Saint-Etienne et vous enrichirez le patrimoine de notre région et de notre pays.

Vos questions - "Je ne comprends pas un tel projet…"

« Je ne comprends pas un tel projet…alors que les investissements dans les paroisses sont bloqués et que notre société a de plus en plus de pauvres ».

Un choix d’investissement

Votre remarque porte sur les choix d’investissements du diocèse. La question est on ne peut plus légitime. D’ailleurs, elle s’est posée à ceux qui ont participé à cette décision. Pourquoi ont-ils fait ce choix ? Voici quelques repères qui expliquent la décision d’entreprendre un nouvel aménagement de la cathédrale :

L’Etat conduit depuis plusieurs années un important travail de restauration et d’entretien de la cathédrale, sur le budget public. Nous connaissons, au moins en partie, ses contraintes budgétaires. Cependant l’Etat agit au bénéfice de la communauté nationale, en entretenant son patrimoine, mais il le fait aussi au bénéfice des catholiques qui « habitent » leur cathédrale.

Il serait paradoxal que l’affectataire, c’est à dire l’Eglise, se désintéresse de l’aménagement de sa cathédrale alors que l’Etat laïque l’entretiendrait et l’embellirait. Il est donc légitime et nécessaire d’y prendre notre part en tant que chrétiens.

Les travaux de restauration de l’Etat rendent nécessaires des travaux à la charge du diocèse. En effet la remise en l’état initial des stalles des chanoines, qui viendront fermer partiellement l’espace entre les piliers de la croisée, nécessite d’adosser des éléments « décoratifs » à ce retour des stalles.

Pour transformer cette nécessité pratique en un acte d’évangélisation, il a été choisi de créer deux retables, peints par Pierre Carron. Certes le choix est audacieux, mais l’impact sera considérable en terme d’annonce de l’Evangile et en terme artistique. Ce choix fera date.

Le mobilier liturgique en place depuis la réforme de Vatican II est un mobilier provisoire, qui ne correspond ni à l’architecture du lieu, ni aux nécessités des célébrations et des assemblées liturgiques. Notre cathédrale attend son mobilier « définitif » depuis plus de 40 ans.

Le moment est venu, comme cela a été fait récemment dans plusieurs cathédrales françaises, de réaliser ce nouveau mobilier.

Et la Priorité aux pauvres ?

L’aménagement de l’espace liturgique de la cathédrale, dont les dépenses ont été calculées au plus près, ne répond pas seulement à des nécessités et des circonstances pratiques. Cet aménagement s’inscrit d’abord dans toute la tradition de l’Eglise qui a voulu donner le meilleur d’elle-même pour célébrer son Seigneur, le Christ Jésus.

Les cathédrales ont été bâties, souvent en des périodes difficiles, par des croyants fervents et généreux qui voulaient montrer leur amour et mettre leur talent au service de Dieu ou de Notre Dame.

Vous connaissez la réponse de Jésus à celui qui accusait de gaspillage une femme qui répandait un parfum très précieux sur les pieds de Jésus : « Pourquoi n’as-tu pas vendu le parfum pour 300 pièces d’argent (une très grosse somme) que l’on aurait données à des pauvres ? » Jésus répond : des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi vous ne m’aurez pas toujours » (Jn 12, 5. 8). Autrement dit, ce que l’on fait pour Jésus lorsqu’il demeure avec nous est sans prix et c’est le sens des célébrations liturgiques.

Ce passage nous montre que donner de son bien (« un parfum de grand prix ») pour une église ou une cathédrale est très précieux aux yeux de Dieu. De plus, l’autel est le lieu sacré de la présence du corps du Christ, de sa mort et de sa résurrection. N’est-on pas fondé à y verser un parfum de grand prix si l’on vit cette présence au fond de son cœur ?

Sans compter que ce geste ne nous éloignera pas du service de nos frères, au contraire, il nous fera y courir.







 
Projet_Cathédrale_Meaux_77
accueil le_projet la_campagne oeuvre_et_artistes actualites